Skip to main content
Décès de Nelson Mandela

Décès de Nelson Mandela

Publié le 6 décembre 2013
Communiqués et déclarations du gouvernement

Portrait de Nelson Mandela sur le Ministère des Affaires étrangères - Déclaration de Laurent Fabius (06.12.13)

L’accrochage du portrait de Nelson Mandela sur le Ministère des Affaires étrangères se veut un hommage à ce serviteur très exceptionnel de la paix et de la fraternité, qui sont aussi les valeurs de la France.

 

Déclaration de M. le Président de la République
Paris, 6 décembre 2013

Chers amis,

Avant même que notre sommet ne commence, nous avons été frappés par une bien triste nouvelle. Celle de la disparition de Nelson MANDELA. C’est pourquoi je tenais, au moment même où nous nous rassemblons, à dire les mots que vous pourriez prononcer à ma place, en ce moment même.

Le monde est en deuil.

Nelson MANDELA nous a quittés hier. Il était déjà entré dans l’Histoire de son vivant. Mort, il prend place dans la conscience universelle.

Nelson MANDELA a changé bien plus que l’Afrique du Sud. Il a accéléré le cours du monde. Il était armé de ses seuls principes et d’une inaltérable volonté. Il aura réussi à emporter tous les combats qu’il a menés et engagés.

Nelson MANDELA a résisté à l’enfermement pendant 27 ans. Il a vaincu le système odieux de l’apartheid. Il a su tendre la main à ses oppresseurs. Il a bâti une démocratie dans un pays qui ne la connaissait pas. Il a fait de l’Afrique du Sud une puissance, oui, mais une puissance au service de la paix.

MANDELA est un exemple. Un exemple de résistance face à l’oppression. Un exemple de liberté face à l’injustice. Un exemple de dignité face à l’humiliation. Un exemple de clairvoyance face à l’intolérance. Un exemple de pardon face aux haines. Un exemple de lucidité face aux dérives du pouvoir. Un exemple d’intelligence face aux épreuves. Voilà ce qu’était, et ce qu’est encore, MANDELA.

Et s’il est devenu un héros, un héros à l’échelle de la planète, c’est parce qu’il était profondément humain, profondément bon. Dans sa prison de Robben Island comme à la tête de l’Afrique du Sud, il était le même homme avec la même simplicité, la même modestie, le même sourire. Cette humanité, il l’avait résumée dans une belle phrase : « Au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, disait-il, nous donnons aux autres la permission de faire de même »

Nelson MANDELA n’est plus là. Mais son message, lui, continuera à vivre, à inspirer les nouvelles générations. Nelson MANDELA sera toujours la figure autour de laquelle les hommes et les femmes qui luttent pour leurs droits voudront se réunir. Oui, ce sera toujours la référence pour ceux qui n’en ont jamais fini dans leur lutte contre le racisme, contre les discriminations, contre toutes les intolérances et les injustices. Nelson MANDELA, ce sera toujours la figure vers laquelle les peuples qui luttent pour leur libération et leur émancipation se tourneront.

Mes chers amis,

Le destin veut que l’Afrique soit réunie, ici à Paris, dans un sommet sur la paix et la sécurité, au lendemain de la mort de Nelson MANDELA. C’est un symbole et, en même temps, une exigence de responsabilité.

La France, le pays des droits de l’Homme, rend hommage à Nelson MANDELA. La France partage le chagrin du peuple sud-africain qui vient de perdre le père de sa Nation. La France exprime sa solidarité à l’ensemble des Africains, ici représentés par les chefs d’Etat, les chefs de gouvernement et ministres. La France retient, en cet instant même, le message d’espoir pour tous les peuples du monde que MANDELA a porté.

Ce message, il nous oblige et la France fera, à sa place, tout ce qu’il faut pour en être digne.

Mais aujourd’hui, c’est Nelson MANDELA qui préside les travaux de ce sommet.

Merci.

 

Déclaration du Premier ministre Jean-Marc Ayrault
Paris, 5 décembre 2013

"Nelson Mandela laisse un héritage dont nous avons tous la responsabilité"

C’est avec "une grande émotion" que le Premier ministre a appris la disparition de Nelson Mandela. Alors qu’il est en voyage officiel en Chine il a tenu devant la presse à rendre hommage à "la personnalité, [...] l’homme [...] le symbole qui nous quitte", "le symbole d’un combat sans relâche contre l’apartheid". Jean-Marc Ayrault évoque "son courage, sa ténacité, sa personnalité, son refus de ne jamais céder malgré 27 ans en prison" et se souvient avoir visité sa cellule, à Robben Island : "comment peut-on résister si on a pas au coeur tant de valeurs, tant de force pour convaincre ?"

"Ce symbole qui disparaît c’est un symbole pour l’Afrique du Sud, pour tous ceux qui luttent dans le monde contre le racisme, contre les exclusions, contre les discriminations, mais c’est aussi un symbole universel qui disparaît. Il laisse un héritage, c’est nous tous qui en avons la responsabilité" a déclaré le Premier ministre, qui a indiqué que le président de la République avait décidé que les drapeaux de la République seraient aujourd’hui en berne. "La France participe à ce deuil, elle est aux côtés des Sud-Africains qui pleurent ce grand homme qui est devenu un symbole pour l’humanité toute entière", a conclu le chef du Gouvernement.

 

Communiqué de M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères
Paris, 5 décembre 2013

Avec Nelson Mandela disparaît le père de l’Afrique du Sud, le pilier du combat pour la liberté reconquise et pour la réconciliation.

Universellement admiré, il donnait son plein sens au mot humanité. Personnellement, je l’admirais d’autant plus que la lutte contre l’apartheid a été l’un des grands et constants engagements de ma vie.

Je salue le géant charismatique qui s’en va et j’adresse à sa famille, à ses proches, à son pays, mes très profondes condoléances.

 

      haut de la page