. Accueil >> Venir aux Etats-Unis >> Emploi >> Travailler aux USA

Travailler aux USA

Publié le 30 avril 2013
  • Imprimer
  • Texte

S’agissant de votre recherche d’emploi, vous pouvez : consulter les annonces régulièrement dans les journaux locaux, démarcher les entreprises, vous renseigner auprès des agences de recrutement et faire confiance au "networking", autrement dit au bouche à oreille. Votre tâche consistera alors à entretenir votre réseau relationnel à travers vos rencontres même anodines ou via votre courrier électronique, c’est-à-dire à parler partout où vous passez de votre recherche d’emploi. Cette pratique est très courante aux Etats-Unis et a déjà brillamment fait ses preuves. Le "networking" est très respecté aux Etats-Unis. Être recommandé est perçu comme une "caution morale".

Il est important de préparer aussi un curriculum vitae en anglais dans les formes américaines afin de pouvoir le distribuer et contacter le plus grand nombre d’entreprises.

Il est prudent de s’assurer le moment venu que le contrat de travail garantit l’assistance d’une assurance complémentaire maladie pour les séjours prolongés, les soins médicaux étant très coûteux. Le cas échéant prendre une assurance couvrant tous les risques.

Vous trouverez sur le site des Français à l’étranger mis en place par le Ministère des Affaires Etrangères une sélection des adresses internet utiles concernant l’emploi aux Etats-Unis ainsi qu’une rubrique contenant entre autres des adresses internet classées par source comme des entreprises françaises présentes à l’étranger, d’entreprises étrangères, d’ONG, et de cabinets privés de recrutement.

Pour tout information sur les stages dans une ambassade de France, cliquer ici.

Si vous avez entre 18 et 28 ans, vous pouvez également consulter le site du Centre d’Information sur le Volontariat International qui recense les postes de volontaire civil vacants à travers le monde.

Le site de l’organisme CIEE, quant à lui, propose aux étudiants des stages en entreprise (de 1 à 18 mois) ainsi que des jobs d’été.

Le Curriculum Vitae à l’américaine

"THE RESUME" (CV)

Le CV américain : concis, direct, et précis
Veillez absolument à rédiger votre CV "à l’américaine". En effet, l’usage est sur ce point très différent aux Etats-Unis, notamment en ce qui concerne votre état civil et votre expérience professionnelle. Pour rédiger votre CV, respectez trois principes élémentaires : votre CV doit être concis (il ne doit pas excéder deux pages), direct (indiquez rapidement ce que vous proposez, ce que vous pouvez apporter à l’entreprise), et précis (évitez toutes les périphrases).

Votre état civil
S’agissant de votre état civil, vous serez bref. (Il se situera en haut à gauche de votre feuille ou en haut au centre). Vous ne devrez en aucun cas préciser, comme sur un CV français, ni votre situation de famille ni votre âge. En effet, il existe aux Etats-Unis des lois anti-discriminatoires qui interdisent aux employeurs de recruter les candidats sur des motifs relevant de leur situation personnelle. Tous doivent être traités sur un pied d’égalité.
Cependant, sans déclarer clairement votre pays d’origine, vous pourrez insister sur le fait que vous avez reçu une formation française. N’hésitez pas non plus à préciser, en sus de votre adresse aux Etats-Unis (si vous la connaissez déjà au moment de poser vos candidatures) votre adresse en France. Le message passera tout aussi bien et vous aurez respecté la règle.

Votre objectif professionnel
Votre CV doit commencer par votre objectif professionnel (objective ou career objective). Cette étape - indispensable - permet d’annoncer ce que vous pourrez apporter à l’entreprise, ce que vous êtes capable de lui proposer, quelles sont vos principales compétences (special skills). N’oubliez surtout pas cette importante étape.

Votre expérience professionnelle
Vient ensuite votre expérience professionnelle (qualification ou expérience). Mentionnez le nom des entreprises dans lesquelles vous avez travaillé, pour quelle durée, le secteur d’activité, votre fonction précise. N’employez pas un style trop télégraphique, racontez votre expérience et exposez les bénéfices et accomplissements concrets que vous avez fait réaliser à l’entreprise (chiffres, exemples). Ne négligez surtout pas cette étape : aux yeux d’un employeur américain, l’expérience compte bien plus que les diplômes.

Votre formation
Votre formation doit venir après les étapes précédentes. Vous devrez vous livrer à un travail de traduction : n’oubliez pas que le système de formation français est complètement étranger à un employeur américain. Précisez donc à chaque fois à quoi cela correspond (voir le tableau des équivalences dans la rubrique Education).
Veillez cependant à bien expliquer tous vos diplômes en plus de préciser à quoi ils correspondent (c’est dans cette rubrique que vous pourrez préciser votre maîtrise de l’anglais).

Vos activités extra-professionnelles
Vos activités extra-professionnelles pourront ensuite être mentionnées sur votre CV, si par exemple vous êtes particulièrement brillants dans une discipline artistique ou sportive. Dans le cas contraire, le fait d’énumérer vos hobbies risquera de vous desservir. Si vous n’avez pas de titre particulier, il est préférable de sauter cette rubrique.

Vos références
Vos références (references) viendront en dernier. C’est une rubrique à part entière d’un CV américain. Indiquez simplement : "References upon request", ce qui voudra dire que vous pouvez vous prévaloir des recommandations d’un ancien employeur et/ou d’un ancien professeur par exemple. Apportez alors à l’entretien, sur une page séparée, leurs noms, fonctions et coordonnées complètes.

LES SALAIRES DANS LA PROFESSION

"Salary requirements"
Accessoirement, vous pourrez établir une rubrique salary requirements sur une page séparée, pour exposer vos prétentions en termes de salaires. Il est préférable parfois d’y faire figurer la mention "negociable" ou "available upon request". Si vous bénéficiez d’assez d’expérience et que vous avez une idée précise de ce que vous voulez et à quelles conditions, vous pouvez alors proposer une fourchette de salaires annuels.


THE COVER LETTER (lettre d’accompagnement)

Vous la joindrez aussi souvent que possible à votre "resume", afin d’expliquer pourquoi vous désirez travailler aux Etats-Unis, et surtout, pourquoi vous tenez à travailler pour telle ou telle entreprise précisément. Ne faites pas de lettre type que vous enverrez à tous. Personnalisez autant que possible votre lettre, et parlez de l’entreprise dans laquelle vous postulez.

N’oubliez pas non plus de préciser le type de visa que vous avez l’intention de décrocher, les résultats que vous avez déjà obtenus par vos démarches... Ne laissez surtout pas supposer que vous ne vous êtes pas souciés de ces détails administratifs : les lois américaines en la matière sont assez strictes.

Liens

Maison des français de l’Etranger

Centre d’information sur le volontariat international

haut de la page